Chantal Masson

Par Chantal Masson, journaliste, chroniqueuse pour MSN Finances.

Votre permis de conduire en poche, vous êtes pressé de prendre la route. Six pistes à explorer pour ne pas vous ruiner en assurance.

Décrocher son permis ne suffit pas !

En France, pour rouler, il faut aussi être assuré. Or, un certain nombre de compagnies telles que la MAAF, la MAIF ou encore Aviva refusent de garantir les conducteurs novices. Et ceux qui les acceptent leur appliquent généralement une surprime pouvant atteindre jusqu’à 100 % sur les tarifs de base. Six pistes pour faire baisser la note.

1. Apprenez à conduire dès 16 ans

L’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) à partir de 16 ans ne présente vraiment que des avantages : meilleur taux de réussite au permis de conduire, moins d’accidents sur la route et aussi des tarifs préférentiels chez les assureurs.

L’AAC peut permettre de réduire de moitié la surprime appliquée habituellement aux jeunes conducteurs. Résultat, au lieu d’avoir à payer une «surprime jeune conducteur» égale à 100 % de la cotisation de base la première année, 50 % la seconde année et 25 % la troisième année ; celle-ci est ramenée à 50 % la première année, 25 % la seconde et 12,5 % la troisième. Des chiffres qui font toute la différence à la GMF, par exemple, où un novice de 18 ans et demi, venant d’obtenir son permis et conduisant une Peugeot 206 5 CV d’occasion assurée en simple responsabilité civile à Toulon déboursera 1 795 euros par an sauf s’il est passé par l’AAC : sa prime sera alors de 1 363 euros.

À savoir. Certains assureurs n’appliquent plus la surprime jeune conducteur au bout de deux ans sans accident.

2. Choisissez une petite cylindrée

À moins de disposer d’un budget XXL, oubliez la décapotable GTI, rouge, même d’occasion ! Le coût de votre prime d’assurance risquerait alors de s’envoler voire de dépasser le prix d’achat de votre bolide !

Un conseil donc, pour une première voiture, mieux vaut se contenter d’un modèle d’entrée de gamme neuf ou d’occasion. C’est bon pour votre porte-monnaie. En effet, non seulement les primes d’assurance augmentent avec la valeur de la voiture et sa puissance. Mais, si en plus «titine» affiche de nombreux kilomètres au compteur, inutile d’investir dans un contrat «tout risque». Un simple contrat responsabilité civile ou au « tiers » suffira le plus souvent. Or, la différence peut se chiffrer en milliers d’euros entre ces deux contrats, comme en témoigne notre comparatif.

3. Mettez en avant vos atouts

Vous êtes une fille ? Profitez-en ! Moins dangereuses que vos homologues masculins sur la route, vous coûtez moins cher aux assureurs et certains vous le rendent bien. C’est le cas par exemple de Nexx Assurances, de la GMF ou de L’Équité Assurances qui accordent des ristournes de 30 à plus de 50 % aux jeunes conductrices. A titre d’exemple, un jeune conducteur de 18 ans et demi, venant d’obtenir son permis et conduisant une Citroën C2, 4 CV neuve assurée tout risque, à Paris devra acquitter une prime de 1 300 euros par an contre 567 euros pour une demoiselle, soit une économie de près de 60 % !

4. Frappez à la porte de l’assureur familial

Les assureurs aiment les familles ! Ils ont besoin de séduire la nouvelle génération et de fidéliser l’ancienne. Raison de plus pour vous tourner en priorité vers l’assureur de papa-maman. Ce n’est pas un sésame absolu, mais votre démarche peut vous faire gagner 30 % de remise et plus sur les primes habituellement appliquées à de jeunes souscripteurs.

5. Ne trichez pas !

Dans un premier temps, si vous empruntez occasionnellement la voiture de papa-maman vous devrez vous déclarer comme «conducteur occasionnel». Contactez l’assureur pour connaître les modalités de son intervention. Ce dernier facturera sans doute une surprime à vos parents et/ou leur appliquera une «franchise jeune conducteur».

Attention ! Ne mentez pas pour alléger la note. Si vous êtes le conducteur principal du véhicule de vos parents, assurez-vous à ce titre. À défaut, en cas d’accident vous risquez gros ! En effet, toute fausse déclaration en matière d’assurance peut entraîner la nullité du contrat. C'est-à-dire que tout se passe comme si vous n'aviez jamais été assuré. En cas de sinistre, l'assureur ne verse rien. Pire, il est même en droit de réclamer le remboursement des indemnités déjà réglées à la suite d'accidents antérieurs.

6. Faites jouer la concurrence

Pourquoi dépenser plus de 5 400 euros/an pour assurer tout risque une Citroën C2 neuve quand vous pouvez trouver un contrat à 1 300 euros. Faites jouer la concurrence. Économisez sur vos primes et offrez-vous le plein d'essence… pour l'année entière. D’après notre petit comparatif , les prix font en effet le grand écart. Ils peuvent être multipliés parfois par 7, suivant l’assureur…

Comment procéder ? Compagnies d’assurances, mutuelles, courtiers, banques… : tous proposent aujourd’hui des sites Internet sur lesquels, en quelques clics, il est possible d’accéder aux garanties et aux tarifs. Les comparateurs d’assurance en ligne comme Assurland ou Empruntis vous facilitent aussi grandement la tâche en recherchant pour vous le meilleur contrat parmi ceux référencés par le site. Enfin, il peut être utile de prendre rendez-vous en face à face avec son assureur pour un bilan complet et quelques explications.

Notre comparatif

Si les contrats les plus chers ne sont pas toujours les meilleurs, les moins chers sont rarement excellents. Avant de souscrire votre premier contrat d’assurance nous vous recommandons donc vivement de prendre le temps d’examiner les différents contrats afin de vous familiariser avec les tarifs mais aussi les garanties, les options, les plafonds d’indemnisation et les franchises qui resteront à votre charge en cas de sinistre. C’est le seul moyen pour vous de comparer ce qui est comparable et, en fonction de vos priorités et de votre budget, de sélectionner le contrat auto qui vous offre le meilleur rapport qualité/prix.

Assurance « tout risque »

Jeune conducteur de 18 ans et demi, venant d’obtenir son permis et conduisant une Citroën C2, 4 CV neuve assurée tout risque, à Paris

 
Assurance « tout risque » : primes annuelles(*)
Profil du conducteurAxaDirect AssuranceL’Equité AssurancesGMFMatmut
Femme sans AAC 1 025 €932 €4 332 €2 239,48 €1 177,30 €
Femme avec AAC 959 €825 €4 332 €1 984,33 €787,30 €
Homme sans AAC1 611 €1 437 €5 406 €3 407,34 €1 333,30 €
Homme avec AAC1 377 €1 108 €5 406 €2 573,17 €787,30 €
(*) Tarifs en vigueur en octobre 2005
 

Assurance au tiers

Jeune conducteur de 18 ans et demi, venant d’obtenir son permis et conduisant une Peugeot 206 5 CV d’occasion assurée en simple responsabilité civile, à Toulon

Assurance au tiers : primes annuelles (*)
Profil du conducteurAxaDirect AssuranceL’Equité AssurancesGMFMatmut
Femme sans AAC 545 €888 €1 507 €1 190,39 €566 €
Femme avec AAC 545 €699 €1 507 €1 058,28 €378 €
Homme sans AAC820 €1 316 €1 876 €1 795,12 €642 €
Homme avec AAC762 €937 €1 876 €1 363,17 €378 €
(*) Tarifs en vigueur en octobre 2005
 
 
 

<< Retournez à l'accueil de la rubrique Achat automobile
Comparez plus de 41 assureurs avec Assurland >>

A lire également :

<< Loto : rente à vie ou gros lot, que préférez vous ?
Interdiction de fumer, le Vrai / Faux >>

Copyright : © Microsoft Corporation 2006