lesechos.fr
Mise à jour : jeudi 27 juin 2013 00:15 | Par Etienne Lefebvre, lesechos.fr

Budget 2014 : coup de pouce à l'emploi, rigueur ailleurs

Matignon a bouclé les lettres plafonds des ministères pour 2014.3.000 postes de fonctionnaires seraient supprimés pour compenser les embauches de septembre 2012.


Budget 2014 : coup de pouce à l'emploi, rigueur ailleurs

La rigueur a de moins en moins bonne presse à gauche, mais le gouvernement maintient le cap en matière de réduction des dépenses de l'Etat. Matignon a bouclé hier les lettres plafonds, qui correspondent aux budgets 2014 des ministères. Des courriers qui devraient leur parvenir aujourd'hui. Pour plus de la moitié des ministres, cela va se traduire par une baisse nette de crédits d'une année sur l'autre (en dépit de l'inflation), ce qui n'est pas banal, d'autant que le budget 2013 était déjà serré.

Globalement, les dépenses de l'Etat vont diminuer de 1,5 milliard d'euros en 2014, hors charges de la dette et de retraites. Alors même que la dotation de la France au budget européen augmentera à nouveau (de 700 à 800 millions). Pour y parvenir, l'Etat va réduire de 1,5 milliard ses dotations aux collectivités locales et les dépenses des ministères (y compris les dotations aux opérateurs) vont baisser de 750 millions d'euros.

Dispositifs antichômage

Crise oblige, la priorité va être donnée aux budgets « sociaux », dont les charges vont progresser avec le plan pauvreté (hausse du RSA), les dispositifs antichômage (emplois d'avenir, contrats de génération, contrats aidés « classiques », etc.), et le coût croissant, quand la conjoncture est mauvaise, des aides sous conditions de ressources : allocation aux adultes handicapés (AAH), aides au logement, etc. Ainsi le budget de l'emploi (Michel Sapin) va-t-il remonter entre 10,7 et 10,8 milliards en 2014, soit 1 milliard de plus que ce qui était prévu en loi de programmation (9,7 milliards), et nettement plus aussi que les crédits votés pour 2013 (10,1 milliards). Les budgets solidarité (Marisol Touraine) et logement (Cécile Duflot) vont aussi être revus en hausse par rapport à ce qui avait été inscrit en loi de programmation.

Pour quasiment tous les autres, en revanche, la rigueur va être au rendez-vous (écologie, défense, agriculture, fonction publique, etc.). La défense doit néanmoins compenser la baisse de ses crédits budgétaires (500 millions d'euros) par un surcroît équivalent de recettes extrabudgétaires (cessions d'actifs). Les quelque 600 opérateurs de l'Etat vont par ailleurs voir les taxes qui leur sont affectées davantage plafonnées (en particulier les chambres de commerce et d'industrie).

L'année 2014 va aussi être marquée par des suppressions nettes de postes de fonctionnaires, autour de 3.000 (hors opérateurs, où 1.000 postes devraient être créés dans les universités). Il s'agit de continuer progressivement de compenser les quelque 6.000 postes qui avaient été créés dans l'éducation dès la rentrée de septembre 2012. La ligne du gouvernement reste de stabiliser les effectifs sur l'ensemble du quinquennat, les 60.000 créations dans l'éducation, la police et la justice étant compensées par des suppressions ailleurs, en particulier à la défense (de 5.000 à 7.000 par an) et au ministère des Finances (de 2.000 à 3.000). Au risque d'alimenter la grogne dans les administrations concernées.

sur le même sujet

publicité

RemonterDescendre

convertisseur de devises

  • Tableau Multidevise

    Ce tableau multidevise présente les taux de change des six devises les plus répandues.

facebook

liens partenaires